Femme méditant sur un tapis de yoga en tenue d’exercice avec les jambes croisées et les mains sur les genoux

Jour 1 de vos règles : votre fatigue et votre moral sont en berne. Mais 2 semaines plus tard, tout va mieux. Cela vous parle ? Bienvenue dans le monde mouvementé des hormones.

Avant de nous plonger dans tout cela, faisons un petit récapitulatif sur le cycle menstruel en lui-même.

Les cycles menstruels durent généralement de 21 à 40 jours, à compter du début des règles jusqu’au jour précédant le début des suivantes. (Petit conseil : une application peut vous aider à suivre votre cycle menstruel !) Votre cycle menstruel est constitué de nombreuses phases lors desquelles différentes choses se produisent à l’intérieur de votre corps, de l’épaississement de la muqueuse utérine à l’ovulation en passant par l’évacuation de la muqueuse au fur et à mesure de votre flux menstruel. Les hormones sont à l’origine de tout cela, mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est comment elles peuvent également affecter votre corps tout entier... alors découvrons ce qu’il en est !

Pourquoi les changements hormonaux me donnent-ils l’impression que mes émotions prennent le dessus pendant mon cycle menstruel ?

Il n’y a pas que ce qui se passe à l’école ou à la maison qui peut influencer nos émotions. Même lorsque notre vie est parfaitement stable, il se peut que nous ne nous sentions pas toujours bien. En effet, à l’intérieur de notre corps, les hormones changent constamment tout au long de notre cycle, ce qui peut avoir un impact sur la façon dont nous nous sentons.

Imaginez que les hormones sont comme des personnes de tailles et de morphologies différentes (il y en a tout un tas, œstrogènes, testostérone et progestérone pour n’en nommer que quelques-unes). Ensuite, imaginez-les assises sur les extrémités opposées d’une balançoire à bascule. L’équilibre est parfois facile à trouver. D’autres fois, pas tellement. Quelques fois, l’une saute de la balançoire, catapultant les autres dans les airs, semant le désordre. Il s’agit essentiellement de ce qui se passe au cours de nos cycles menstruels : notre corps équilibre constamment les hormones ! Ces hauts et ces bas finissent par avoir un impact sur nos humeurs.

Aussi pénible que cela puisse paraître, c’est tout à fait normal ! Nos hormones sont censées changer d’un jour à l’autre. En effet, celles-ci n’influencent pas uniquement nos émotions, mais aussi notre faim, notre énergie, notre niveau de concentration et même notre force physique.

Bien que les niveaux d’hormones fluctuent, ils ont tendance à suivre un schéma au cours du cycle menstruel. Voici à quoi vous attendre lors de chaque phase.

Phase 1 : laisser le flux suivre son cours les jours 1 à 7

Bonjour les règles, au revoir les œstrogènes ! Les niveaux de cette hormone sont à leur plus bas le jour où votre flux menstruel commence (c’est-à-dire le 1er jour de votre cycle), ce qui signifie que vous pouvez manquer d’énergie. De plus, vous pourriez ressentir des douleurs menstruelles au cours des deux premiers jours de saignement et vos seins pourraient sembler très lourds et/ou sensibles, il est donc normal de ne pas être de très bonne humeur.

Au fil des jours, les œstrogènes augmenteront à nouveau, et vous pourriez vous sentir plus vive et plus concentrée, ce qui est une bonne nouvelle si vous avez des choses importantes à faire.

Essayez d’être indulgente avec vous-même et laissez les choses suivre leur cours durant cette semaine. Si vous vous sentez fatiguée, reposez-vous. Si vous avez faim, mangez un morceau. Lorsque vous souhaitez partager quelque chose, pourquoi ne pas en parler (les règles c’est normal, après tout) ? Cela peut paraître simple, mais ce sont des choses que nous oublions souvent et il est important de garder à l’esprit que notre corps influence notre esprit, et vice versa.

Phase 2 : plus joyeuse les jours 8 à 14

Vous débordez d’énergie après vos règles ? Remerciez vos niveaux croissants d’œstrogène et de progestérone pour ce coup de pouce ! Ces hormones peuvent également augmenter votre libido (c’est-à-dire le désir sexuel), ce qui expliquerait pourquoi ce camarade de classe que vous n’aviez pas remarqué auparavant semble tout à coup plutôt mignon.

Profitez de cette semaine pour faire une chose au sujet de laquelle vous ne vous sentiez pas très confiante, que ce soit parler à ce camarade de classe, participer à un concours ou faire du bénévolat. Veillez simplement à être indulgente avec vous-même. L’effervescence hormonale supplémentaire peut également exacerber l’anxiété, alors entourez-vous de personnes en qui vous avez confiance, évitez la caféine et essayez des exercices à faible impact comme la natation ou le yoga pour évacuer le stress et vous détendre.

Phase 3 : se la couler douce les jours 15 à 21

Vous avez peut-être entendu l’expression « tout ce qui monte doit redescendre ». C’est également le cas pour les œstrogènes. Au fur et à mesure que leur niveau baisse, associé à l’augmentation de la progestérone, vous pourriez vous sentir fatiguée. Cela vous donne l’excuse parfaite (même si vous n’en avez pas besoin !) pour prendre soin de vous, allez-y en douceur et détendez-vous sous votre couette autant que vous le souhaitez !

Vers la fin de cette semaine, vos niveaux de progestérone et d’œstrogènes augmenteront et se stabiliseront, apportant souvent un sentiment de calme et de bien-être. En somme, la balançoire à bascule est de nouveau équilibrée.

L’ovulation (vos ovaires libérant un ovule) est le grand événement de cette semaine, ce qui signifie que vous serez plus susceptible de tomber enceinte à ce moment si vous avez des rapports sexuels non protégés. Si vous préférez ne pas avoir de bébé pour le moment, il peut être plus prudent d’avoir recours à un moyen de contraception, ou vous pouvez toujours opter pour la masturbation à la place !

Phase 4 : faire face au SPM les jours 22 à 28

Pendant la semaine du SPM (syndrome prémenstruel), les niveaux d’œstrogène, de testostérone et de progestérone chutent brusquement, entraînant souvent une humeur plus triste que d’habitude.

En raison de ces changements hormonaux, nous avons tendance à avoir des sautes d’humeur. Ne soyez pas surprise si vous êtes soudainement agacée par quelque chose comme la façon dont un ami mange (même si cela ne vous a jamais dérangée auparavant) ou si vous criez parce que vous avez raté votre bus d’une nanoseconde.

La chute soudaine des œstrogènes peut également perturber votre sommeil, car cette hormone permet de stimuler la production de sérotonine régulatrice du sommeil.

Cela peut sembler éprouvant, mais lorsque cela se produit, essayez de respirer profondément. Vous êtes tout simplement humaine, et comme c’est le cas pour le reste d’entre nous, il est naturel d’avoir des hauts et des bas. Parfois, prendre une petite pause loin du monde peut vous faire du bien, alors pourquoi ne pas prendre un bain, envoyer un message à un bon ami ou lire un livre ?

Que faire si les phases de mon cycle menstruel ne semblent pas adéquates ?

Tout au long de notre cycle, il est tout à fait normal d’avoir des hauts et des bas, surtout compte tenu des hormones qui interfèrent avec notre humeur.

Bien que nous ne soyons pas censées contrôler notre corps, il existe des moyens de nous aider à nous sentir mieux, comme prendre du temps pour soi et pour nos activités préférées. Vous pouvez également appeler un ami ou le rencontrer en personne pour discuter. Quelques fois, il suffit de parler de ce que l’on a sur le cœur pour se sentir bien à nouveau. Souvenez-vous que ce que vous ressentez est tout à fait légitime, que vous réalisiez plus tard que les hormones y étaient pour quelque chose ou non. Ce sont tous les hauts et les bas d’être humain et de vivre des changements hormonaux et émotionnels tout à fait normaux.

Si vous ne pensez vraiment pas que les choses que vous vivez sont « normales » (si votre humeur maussade persiste pendant des semaines, si vous sentez que les choses vous échappent ou si vos douleurs menstruelles sont très intenses), n’hésitez pas à contacter un ami, un membre de votre famille, un enseignant ou un médecin pour obtenir de l’aide. Après tout, il est tout à fait naturel de parler de nos cycles menstruels et il n’y a aucune raison de souffrir en silence.

En savoir plus sur votre corps peut vous aider à mieux comprendre ce que vous vivez et à vous sentir plus à l’aise. Si vous souhaitez en savoir plus, nos articles sur ce que sont les règles et comment faire face à la puberté (et à vos règles), peuvent vous intéresser.

Avis de non-responsabilité médicale

Les informations médicales contenues dans cet article sont fournies à titre informatif uniquement et ne doivent pas être utilisées ou invoquées à des fins de diagnostic ou de traitement. Veuillez consulter un médecin pour obtenir des conseils concernant des problèmes de santé spécifiques.



[Références]

[1]  https://www.helpingwomenperiod.org/7-amazing-facts-about-periods-that-everyone-needs-to-know/

En savoir plus

Gamme de serviettes

Découvrez toute notre gamme de serviettes