Femme souffrant de dépression post-partum allongée sur son lit en culotte et caraco

Les parents souffrant de troubles mentaux post-partum sont plus nombreux que l'on ne pense.

Lorsque l’on vient d’avoir un bébé, on se dit que malgré la douleur de l’accouchement, la fatigue, les tétées nocturnes et les cris de notre nouveau-né, le jeu en vaudra la chandelle au bout du compte. Entre les cartes de félicitations pour la naissance de notre « nouveau petit bout de chou », nos amis et notre famille qui s’extasient : « vous devez être les parents les plus heureux de la terre ! »... Il pourrait bien en être ainsi, mais que faire si cela ne reflétait pas toute la réalité ?
 
Selon les spécialistes, près de 80 % des nouvelles mères éprouvent des sautes d'humeur et se sentent déprimées quelques semaines après l’accouchement. [1] Parfois ceci peut être décrit comme « juste hormonal » ou « un peu de baby blues ». Pour la plupart des femmes, il s’agit d’une période d’adaptation normale. Avec un peu de temps, tout finit par rentrer dans l’ordre. 
 
Si la plupart des femmes éprouvent des sautes d'humeur, près de 15 à 20 % présentent des symptômes d’anxiété et de déprime plus graves.[2] La dépression post-partum peut nous plonger dans un état de grande solitude alors que tout le monde s’attend à nous voir rayonner de bonheur dans notre nouveau rôle de mère. De ce fait, la gestion de notre propre état émotionnel peut s’avérer encore plus difficile. Avec le soutien de vos proches et des professionnels de santé, vous aurez toutes les chances de vous rétablir. Le plus important est de ne pas souffrir en silence. N’hésitez donc pas à demander de l’aide dès que vous en ressentez le besoin.

Qui peut souffrir de dépression post-partum ?

Pensez-vous que seules les mères peuvent souffrir de dépression post-partum ? Détrompez-vous ! Tous les parents, peu importe leur sexe, peuvent présenter des troubles mentaux post-partum. En effet, environ 1 maman sur 7 et 1 papa sur 10 souffrent de dépression post-partum.[2]
 
Les risques de développer des troubles mentaux post-partum peuvent augmenter en fonction de différentes circonstances. Alors qu’environ 15 % des femmes souffrent de dépression grave après l’accouchement, ce pourcentage est encore plus élevé pour les femmes vivant dans la pauvreté et 2 fois plus élevé lorsque les parents sont adolescents. 
 
Parmi les autres facteurs de risque, citons les problèmes conjugaux ou financiers, le trouble dysphorique prémenstruel, des antécédents familiaux de troubles mentaux, un traitement contre l’infertilité, des complications pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement, ou encore un bébé en unité de soins intensifs néonataux. Pour autant, ce n’est pas parce que vous vous trouvez dans l’une ou l’autre de ces situations que vous allez inévitablement souffrir de dépression post-partum. Évitez donc de trop vous focaliser là-dessus. Il suffit simplement de surveiller votre état émotionnel. N'hésitez pas à en parlez à votre médecin et à échangez avec vos proches afin de trouver le soutien adapté à vos besoins après la naissance.
 
De nombreuses femmes savent bien comment le vagin peut changer après la naissance et s’attendent naturellement à faire face aux lochies. Toutefois, la santé mentale post-partum, demeure malheureusement un sujet dont on parle peu, alors que la dépression périnatale compte parmi les complications les plus courantes de l’accouchement. Il reste donc beaucoup à faire pour vulgariser la dépression postnatale et sensibiliser le grand public à ses symptômes. Faisons le tour des signes qui peuvent vous alerter.

Quels sont les symptômes de la dépression post-partum ?

L'une des raisons pour lesquelles il peut être difficile de déterminer si l'on souffre de dépression post-partum, est que les symptômes varient d'une personne à l’autre. De plus, ils peuvent survenir à n’importe quel moment, pendant la grossesse par exemple, ou même apparaître un an après l’accouchement. Voici quelques-uns des symptômes qui peuvent se présenter :
 
  • Sentiments de colère ou d’irritabilité
  • Manque d’intérêt pour votre bébé
  • Troubles de l’appétit et du sommeil
  • Pleurs et tristesse
  • Sentiments de culpabilité, de honte ou d’impuissance
  • Perte d’intérêt et de plaisir pour les activités que vous aimiez auparavant
  • Pensées visant à faire du mal à votre bébé ou à vous-même

Que sont les troubles mentaux post-partum ?

Bien que la dépression post-partum soit le problème de santé mentale le plus souvent évoqué, il existe en réalité toute une série de troubles psychologiques qui peuvent toucher les parents. Il peut s’agir d’anxiété, de symptômes d’obsession, d’un trouble de stress post-traumatique, de troubles bipolaires ou même d’une psychose post-partum (affection très rare qui touche 1 à 2 personnes pour 1 000 naissances). [3]
 
Si vous souhaitez en savoir plus sur les différents troubles mentaux post-partum, le site de Postpartum Support International propose des ressources détaillées et indique comment obtenir de l’aide.

Pourquoi est-ce si difficile d’admettre que l’on souffre de dépression post-partum ?

Avec tous ces chamboulements qui surviennent en même temps, parfois, nous n'avons pas une minute pour souffler un peu. Voilà pourquoi de nombreux parents ne se rendent pas tout de suite compte qu’ils présentent des symptômes de troubles mentaux post-partum. Il est facile de se dire que la fatigue et que se sentir submergé(e) ne sont que les conséquences d’une période d’adaptation à la vie de nouveau parent. Toutefois, nous connaissons notre corps mieux que quiconque. Lorsque quelque chose ne va pas, il ne faut pas hésiter à se faire confiance.
 
Certaines personnes n’osent pas se confier par peur d’être jugées. Elles ne veulent pas donner l’impression de se plaindre ou de ne pas être capable d’assumer leur vie avec un nouveau-né. Vous n’avez pas à éprouver d’embarras ni de honte. Personne ne vous considèrera comme un mauvais papa ou une mauvaise maman, et on ne vous retirera pas vos enfants si vous demandez de l’aide. Tout comme il est naturel de parler à son médecin des inquiétudes que l’on peut avoir concernant le rétablissement de son corps après l’accouchement, il est tout à fait normal de demander l’aide d’un spécialiste en cas de troubles mentaux. La dépression post-partum est un problème de santé qui se traite. Il ne s’agit pas d'un échec et ce n’est absolument pas de votre faute.

Traitement de la dépression post-partum et rétablissement

La bonne nouvelle est qu’il existe de nombreuses façons de traiter la dépression post-partum et d’obtenir un soutien adapté. Ainsi, avec un peu de temps, tout devrait rentrer dans l’ordre. La première chose à faire, et la plus importante, est de consulter un professionnel de santé et de lui expliquer ce que vous ressentez. Il peut s’agir de votre médecin généraliste, d’une sage-femme ou même d’un service d’assistance d’urgence
 
Plusieurs traitements peuvent vous être proposés, tels que la psychothérapie, le soutien psychologique, le soutien social ou encore la pratique de soins personnels, mais également un traitement médicamenteux de vos symptômes. Vous pouvez également obtenir de l’aide en contactant des services d’assistance téléphonique ou en ligne, ou en participant à des groupes de soutien, au sein desquels vous pourrez échanger avec des personnes qui comprendront ce que vous vivez sans vous juger.

Soins personnels pour les nouvelles mamans

Parfois, ce sont les petites choses qui font la plus grande différence. En tant que nouveau parent, prendre soin de soi peut tout simplement consister à s’accorder quelques heures de repos, se concocter des petits plats sains et à se réserver un peu de temps pour pratiquer une activité physique modérée, en fonction de nos besoins individuels. Pourquoi ne pas demander à un membre de la famille ou à un(e) ami(e) de s’occuper du bébé et des autres enfants ? Cela vous laisserait un peu de temps pour vous détendre, passer du temps avec des personnes qui vous sont chères et recharger vos batteries.
 
La santé mentale postpartum peut s’avérer difficile à gérer, mais n’oubliez pas que vous n’avez pas à relever le défi seul(e). Avec un soutien adapté, vous vous sentirez de mieux en mieux et serez en mesure de surmonter les hauts et les bas de votre nouvelle vie en tant que parent. 
 
Si vous souhaitez en savoir plus sur ce qui peut se produire après l'accouchement, consultez nos articles sur les pertes après l'accouchement et les premières règles après la grossesse.

Avis de non-responsabilité médicale

Les informations médicales contenues dans cet article sont fournies à titre informatif uniquement, et ne doivent pas être utilisées ou invoquées à des fins de diagnostic ou de traitement. Veuillez consulter un médecin pour obtenir des conseils concernant des problèmes de santé spécifiques.



[Références]

[1] https://www.postpartum.net/learn-more/frequently-asked-questions/

[2] https://www.postpartum.net/

[3] https://www.postpartum.net/learn-more/postpartum-psychosis/empty

En savoir plus

Gamme complète de produits

Découvrez la gamme complète de produits Nana