Femme souffrant du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) assise sur un canapé et vêtue d’un pull rose.

SOPK est l’acronyme de syndrome des ovaires polykystiques, et malgré son nom, cela n’a rien à voir avec le fait d'avoir des kystes.

De nombreuses personnes ne savent pas vraiment ce que sont les ovaires polykystiques. Pourtant, il s’agit d’une affection courante qui touche 3 à 10 % des femmes [1]. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à 116 millions le nombre de femmes concernées dans le monde entier. [2]

emptyLes ovaires polykystiques sont des ovaires hypertrophiés contenant un grand nombre de poches bénignes remplies de liquide, appelées follicules, pouvant mesurer jusqu’à 8 mm (c’est-à-dire la taille d’un petit pois). En général, les ovules se développent à l’intérieur de ces follicules, mais dans le cas du SOPK, ces derniers ne sont souvent pas à même de libérer d’ovule, ce qui signifie que l’ovulation n’a pas lieu.

Les personnes souffrant du SOPK présentent des ovaires polykystiques ainsi que d’autres symptômes, tels que des règles irrégulières, en raison du fait que leurs ovaires n'émettent pas d'ovules régulièrement. Un autre signe caractéristique du SOPK est la production trop importante d’androgènes, ce qui se traduit par la présence d’un taux élevé d’hormones masculines dans le corps, telles que la testostérone. Cela peut parfois entraîner une pilosité excessive sur le visage ou le corps.

Quels sont les signes et les symptômes du SOPK ?

En général, les symptômes du SOPK commencent à se manifester à la fin de l’adolescence vers l’âge de 20 ans. Cela dit, de nombreuses femmes atteintes du SOPK ne présentent aucun symptôme.
 
En effet, ceux-ci peuvent être très différents d'une femme à l’autre. Ils peuvent se caractériser par des cycles irréguliers, voire par une absence totale de règles, des difficultés à concevoir en raison d'une ovulation irrégulière, ou encore par une absence d’ovulation. 
 
Comme nous l’avons précisé, un excès d’hormones androgènes peut entraîner une pilosité excessive (que l’on appelle également « hirsutisme ») au niveau du visage, de la poitrine, du dos ou des fesses. Chez certaines femmes, cela peut se traduire par une prise de poids, des cheveux clairsemés ou une perte des cheveux, mais également par une peau grasse et de l'acné. Tous ces symptômes peuvent être difficiles à gérer et parfois nous donner l'impression que nous nous livrons à un combat contre nous-même, que nous ne parviendrons pas à remporter. Le SOPK peut nuire à l’estime de soi et à la santé mentale, mais souvenez-vous qu'il existe des moyens qui peuvent s’avérer très efficaces pour atténuer tous ces effets et vous aider vous sentir mieux dans votre corps. Rester davantage à l’écoute de son corps peut également être bénéfique. Cela permet de détecter les changements qui surviennent et de mieux comprendre comment prendre soin de soi.

Quelles sont les causes des ovaires polykystiques ?

La cause exacte des ovaires polykystiques demeure encore indéterminée, bien qu'il semble parfois que ce puisse être héréditaire. Il peut être utile de demander à votre grande sœur, mère, grand-mère, cousine ou tante leur expérience, particulièrement si elles ont déjà reçu un diagnostic de SOPK. Si tel est le cas, elles sauront peut-être vous éclairer sur la façon de faire face à cette affection. 
 
Le SOPK est lié à des taux d’hormones irréguliers dans le corps, en particulier à des niveaux élevés d’insuline libérée par le pancréas pour contrôler le taux de sucre dans le sang. Les personnes atteintes du SOPK peuvent présenter une résistance à l'insuline. Pour compenser, le corps produit alors encore plus d’insuline. Résultat, les ovaires produisent des quantités plus élevées d’autres hormones, comme la testostérone, ce qui perturbe le développement des follicules et empêche l’ovulation.

Quels sont les effets de ces hormones ?

À long terme, le déséquilibre hormonal lié au SOPK augmente le risque de développer des problèmes de santé tels qu’un taux de cholestérol élevé et un diabète de type 2. C’est la raison pour laquelle il est important de se fier à ses instincts, de rester à l’écoute de son corps et de consulter un médecin afin d’obtenir l’aide nécessaire pour mener une vie saine et épanouissante.

Pourquoi le syndrome des ovaires polykystiques entraîne-t-il une prise de poids ?

Comme le syndrome des ovaires polykystiques rend plus difficile pour le corps d’utiliser l’insuline, ceci peut provoquer une accumulation d'insuline et de sucre dans le sang. Un taux d’insuline élevé augmente la production d’androgènes (hormones masculines), ce qui déclenche une prise de poids, particulièrement au niveau de l’abdomen, partie du corps où se loge généralement la graisse chez les hommes.
 
Rappelons que nous avons toutes un corps différent et que l’on ne devrait jamais se sentir obligée de perdre du poids pour une raison autre que celle de rester en bonne santé ou pour notre bonheur personnel. Les personnes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques peuvent rencontrer des difficultés à perdre du poids, mais ceci présente des avantages qui ne sont pas négligeables. Il s'agit donc d'une option à considérer, ne serait-ce que pour se sentir mieux, et cela peut également atténuer les symptômes et régulariser le cycle. La première chose à faire est de consulter votre médecin pour qu'il puisse vous conseiller une méthode afin de perdre du poids, de manière saine et supervisée.

Quels sont les traitements disponibles du syndrome des ovaires polykystiques ?

Malheureusement, il n’existe actuellement pas de remède pour le SOPK en lui-même, mais il est tout de même possible d’agir sur les symptômes.
 
Il existe, par exemple, des médicaments pour traiter les symptômes tels que l’hirsutisme, les règles irrégulières et les problèmes de fertilité. Toutefois, si les traitements médicamenteux ne fonctionnent pas, une intervention chirurgicale, appelée « multiperforation ovarienne par voie laparoscopie », peut être pratiquée pour détruire les tissus qui produisent les androgènes. Parfois, des changements de mode de vie, comme la perte de poids ou une alimentation plus saine, peuvent également soulager les symptômes. Enfin, il est important de noter que la plupart des femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques et suivant un traitement de fertilité parviennent à tomber enceinte.
 
Pour en apprendre davantage sur les problèmes de santé liés à la grossesse et aux règles, consultez notre article sur l’endométriose et ses effets sur la fertilité.

Avis de non responsabilité médicale

Les informations médicales contenues dans cet article sont fournies à titre informatif uniquement, et ne doivent pas être utilisées ou invoquées à des fins de diagnostic ou de traitement. Veuillez consulter un médecin pour obtenir des conseils concernant des problèmes de santé spécifiques.



[Références]

[1]  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3196060/ 

[2]  A.M. Kabel Polycystic ovarian syndrome: insights into pathogenesis, diagnosis, prognosis, pharmacological and non-pharmacological treatment Pharmacol. Rep., 1 (103) (2016), pp. E1-E5

En savoir plus

Gamme complète de produits

Découvrez la gamme complète de produits Nana