Précarité menstruelle : une réalité méconnue

DÉCOUVRIR L’ACTION DE L’ADSF AVEC NANA
Et pourtant ancrée dans la société, puisqu’elle touche deux millions de femmes au quotidien*, contraintes de choisir entre l’achat d’un paquet de pâtes et celui d’un paquet de serviettes hygiéniques. Cette situation concerne des femmes sans-abris et les femmes les plus pauvres, qui n’ont pas accès du tout à des produits d’hygiène intime. Mais pas seulement.
 
Parfois, ce sont aussi les tabous qui entourent les règles et l’hygiène intime en général (fuites urinaires, pertes…) qui empêchent encore de nombreuses femmes – de tout âge - d’oser aborder ces sujets et prévoir un budget dans la liste de leurs dépenses nécessaires.
Les conséquences sont, malheureusement, nombreuses :
• des problèmes de santé, démangeaisons, infections, syndrome du choc toxique,
• de la perte de confiance en soi, des difficultés d’accès à l’emploi, voire même de réinsertion pour certaines femmes.
 
* https://solidarites-sante.gouv.fr

Les chiffres qui font réfléchir

Du fait de la douleur ou de la précarité menstruelle :
28
Des femmes s’empêchent de sortir et s’isolent
43%
Éprouvent de la gêne au travail. Ce qui porte atteinte à leur dignité en hygiène intime

Les chiffres pour agir

2 millions de femmes sont concernées par la précarité menstruelle
2 milions
De femmes sont concernées par la précarité menstruelle
70%
Des femmes sous-estiment l’ampleur du phénomène
67%
Des femmes considèrent encore les règles comme un sujet tabou

Que faire contre la précarité menstruelle ?

Ce que la précarité hygiénique rend visible, c’est l’extrême dénuement de nombreuses femmes dans notre société, avec ses implications en termes de stigmatisation sur la (re)présentation de soi. Elle fait apparaître aussi les conséquences des tabous liés aux règles. L’enjeu est de lutter non seulement contre les effets d’une hygiène et d’une santé dégradées, qui aboutissent à des situations d’exclusion graves et inquiétantes, mais aussi de créer les conditions d’un dialogue et d’une libération de la parole pour permettre à toutes les femmes de vivre plus dignement pendant leurs règles.

Et nous, Nana, on fait quoi ?

Nous soutenons l’Association pour la Santé des Femmes (ADSF), qui agit depuis sa création sur le sujet des précarités. Et sur la précarité menstruelle qui en découle. Chaque jour, sur le terrain, l’association distribue des serviettes hygiéniques gratuitement à de nombreuses femmes. Depuis 2019, elle le fait avec le soutien de Nana.

Lutter contre la précarité hygiénique:
LA PRÉCARITÉ MENSTRUELLE VUE PAR LES FEMMES

Au plus près des vécus et attentes des femmes, Nana enquête régulièrement et met en lumière les questions de société liées à l’intimité des femmes, la « Zone V », et leur vécu des règles. Une nouvelle enquête auprès de 1189 femmes de 18 ans et plus fait le point sur la question de la dignité transgénérationnelle des femmes et ce qui y porte atteinte encore en 2022

Sondage 2022 OPINIONWAY pour Nana-TENA sur l’atteinte à la dignité des femmes en hygiène intime 

JE DECOUVRE