Les femmes perdent 5 mois de sommeil dans leur vie à cause des règles.

Vous vous êtes retournée toute la nuit dans votre lit ? Et vous avez le sentiment d’avoir très mal dormi ? Comme vous, 62 % des femmes auraient un sommeil agité pendant juste avant leurs règles*. Un phénomène que l’on appelle insomnies menstruelles.

Insomnie menstruelle : qu’est-ce que c’est ?

Peu de femmes le savent mais notre cycle hormonal impacte la qualité de notre sommeil. Être fatiguée (voire même très fatiguée) est tout à fait normal pendant cette période du cycle féminin. Selon les chiffres d’une étude récente*, nous perdrions même jusqu’à 5 mois de sommeil dans notre vie à cause des insomnies menstruelles. Ça vous parle ? 

Évidemment, les maux de ventre, les ballonnements, les saignements abondants, le stress et tous les symptômes liés au syndrome prémenstruel (SPM) y sont pour beaucoup. Mais ce ne sont pas les seuls responsables de nos insomnies menstruelles. En effet, les chercheurs pensent que les variations d’hormones jouent également un rôle clé sur la température de notre corps. Ce qui a une incidence réelle sur la qualité de notre sommeil.

Quel est l’impact des hormones sur notre sommeil ?

Le sujet du sommeil est complexe et les chercheurs n’ont pas encore toutes les réponses à nos questions. Pourtant, le fait que les hormones aient un impact sur notre sommeil, et vice et versa, ne fait plus vraiment débat.

Pour comprendre les insomnies menstruelles, il faut savoir que notre sommeil est régulé par la mélatonine, aussi appelée hormone du sommeil. La mélatonine est secrétée par la glande pinéale, au niveau du cerveau, uniquement lorsqu’il fait nuit. Un phénomène essentiel à la régulation de notre sommeil. Et qui a besoin d’un équilibre hormonal parfait. Par exemple, des femmes qui travaillent la nuit peuvent voir leur cycle perturbé (mauvaise qualité d’ovulation, cycles plus courts ou plus longs, règles plus abondantes…).

Un équilibre soumis aussi aux variations des hormones sexuelles féminines (progestérone et œstrogènes) sur notre corps. Les femmes rencontreraient davantage d’insomnies menstruelles pendant la deuxième grande phase de leur cycle menstruel, entre l’ovulation et le dernier jour des règles.

Pourquoi ? Lors de la première phase du cycle menstruel (la phase folliculaire), le niveau d’œstrogènes est élevé et la température de notre corps est basse, ce qui favorise la production de mélatonine (la fameuse hormone du sommeil).

À l’inverse, pendant la deuxième phase du cycle menstruel (la phase lutéale), le taux de progestérone augmente, ce qui provoque une augmentation de la température corporelle de quelques dixièmes de degrés, de 36,4° à 36,7° et perturbe la production de mélatonine. Ce qui, vous l’aurez compris, affecte notre sommeil, en particulier notre faculté à nous endormir.

Ça représente beaucoup de temps de sommeil perdu ?

Oui. Et comme bien dormir est essentiel pour notre santé et notre bien-être, c’est un vrai sujet pour les femmes. Elles remarquent souvent que leurs nuits sont plus agitées, moins reposantes, avec un sommeil plus perturbé pendant leurs règles, sans pour autant mettre de mots sur ces maux.

Un constat partagé par 62% des femmes que nous avons interrogées dans le cadre d’une enquête menée auprès de 10 871 femmes dans plusieurs pays (Royaume-Uni, Italie, France, Suède, Chine, Argentine, Colombie, Russie, Malaisie et Jordanie).

Maux de ventre, saignements abondants, mais aussi jambes lourdes, bouffées de chaleur, difficultés à s’endormir, et même très grande fatigue (pour les femmes qui souffrent de SPM) : les « tracasseries » de nos nuits ne sont pas les mêmes pour toutes, même si nous sommes toutes impactées par les insomnies à cause de nos règles...

En effet, les femmes ne dormiraient que 5 à 7 heures en moyenne pendant leurs règles, contre 7 à 8 heures en temps normal. Ce qui fait 1 à 2 heures perdues chaque nuit pendant les règles.

Maintenant, sortez vos calculatrices :

  • 7,5 heures en moins de sommeil par cycle
  • 97,5 heures (4 jours) en moins de sommeil par an
  • 3802,5 heures (158 jours) dans une vie de femme, sur la base de 39 ans

Si on fait les comptes, cela représente presque 5 mois de sommeil tout au long de la vie d’une femme. Et c’est beaucoup.

Qu’est-ce que l’on peut faire contre les insomnies menstruelles ?

Malheureusement, il n’y a pas grand-chose à faire face aux changements hormonaux pour améliorer la qualité de votre sommeil. Voilà quelques conseils pour lutter contre les insomnies menstruelles :

  • se coucher à une heure régulière pour respecter le cycle circadien (jour/nuit),
  • éviter les écrans et les lumières artificielles dans sa chambre,
  • pratiquer des petits exercices de respiration avant d’aller se coucher,
  • maintenir si possible la température idéale de 19° C dans la chambre,
  • éviter le café et les boissons excitantes.

Avis de non-responsabilité médicale

En cas de grande fatigue ou de règles douloureuses, n’attendez pas et prenez rendez-vous chez un médecin, gynécologue de préférence. Il saura répondre à toutes vos questions.



[Références]

*Chiffres : Selon une étude menée sur le terrain par Dynata du 24 décembre 2021 au 24 janvier 2022.

Rejoignez notre quête du sommeil #reglessomnie

Chaque nuit, des millions de femmes souffrent de règlessomnie.

En savoir plus

Découvrez les nouvelles serviettes hygiéniques Nana Goodnight dotées de la nouvelle technologie adaptative Max Courb-V™.

Conçues pour s’adapter encore mieux à la forme et aux mouvements naturels des femmes, elles offrent plus de flexibilité et de confort pour une protection maximale. La meilleure protection nuit pour les femmes.