The brain with thought bubbles showing different emotional changes in adolescence

Les changements corporels comme l’apparition d’odeurs, de boutons et les pics de croissance sont ce à quoi nous nous attendons généralement au moment de l’adolescence. Mais qu’en est-il de notre cerveau ? Eh bien, il se développe aussi ! Et cela vient avec les sautes d’humeur (complètement naturels) et les changements émotionnels. Alors, c’est parti : lançons-nous et apprenons comment réagir face aux meilleurs et aux plus difficiles moments de la puberté.

Lorsque nous traversons la puberté, nos hormones changent l’apparence de notre corps. Mais ils peuvent aussi modifier notre façon de nous comporter, de penser et de nous sentir. Il est donc normal de se sentir un peu mal à l’aise à ce moment de la vie ; nous passons tous par-là ! Apprendre pourquoi ces changements se produisent et comprendre les émotions que vous pouvez ressentir pendant l’adolescence pourra vous aider à vous sentir mieux préparé(e) et à mieux gérer vos ressentis.

Comment le cerveau d’adolescent se développe-t-il pendant la puberté ?

Pendant la puberté, la matière grise (le tissu qui compose la majeure partie de votre cerveau) se développe et grandit. Une partie de cette matière grise reste dans votre cerveau tandis que d’autres parties sont « taillées », comme on arracherait les pétales fanés d’une fleur. Mais, au final, seulement une petite partie s’en va ! Votre matière grise ne diminue que d’environ 1,5% par an [1] pour aider à affiner les connexions entre vos cellules cérébrales ; en d’autres termes, pour aider votre cerveau à devenir plus efficace ! 

Les parties de votre cerveau se développent à différentes vitesses pendant la puberté. Les parties qui contrôlent les fonctions de base comme les sens et la capacité à contrôler les mouvements mûrissent en premier. Mais les parties qui vous aident à planifier et à contrôler vos impulsions se développent plus tard.

Votre cerveau continuera de croître et de devenir plus fort, vous aidant à avoir des pensées plus rapides, plus claires et plus complexes à mesure que vous entrerez dans l’âge adulte. Il devient officiellement pleinement développé lorsque vous atteignez enfin l’âge de 25 ans, bien que nous continuions tous à en apprendre davantage sur nous-mêmes et sur les autres tout au long de notre vie.[2]

Les adultes pensent en utilisant leur cortex préfrontal, qui est la partie rationnelle du cerveau, alors que, dans votre adolescence, vous traitez avec l’amygdale, qui est la partie émotionnelle. Ces deux parties de votre cerveau se développent à des rythmes légèrement différents pendant l’adolescence, provoquant souvent un décalage entre ce que vous ressentez et votre façon de penser. Donc, si parfois vous ne vous sentez pas vous-même, c’est tout à fait normal !

Les changements émotionnels pendant la puberté

Lorsque notre corps est prêt, notre cerveau libère une substance chimique spéciale appelée hormone de libération des gonadotrophines (ou GnRH) qui déclenche les changements de la puberté.[3] Notre cerveau déverse alors des hormones de stress, des hormones sexuelles et des hormones de croissance, qui à leur tour peuvent influencer le développement de notre cerveau.  [4]

Bien que la combinaison des changements au niveau des hormones  et de la structure du cerveau nous aide à mûrir, elle peut aussi rendre nos émotions plus difficiles à gérer et ce n’est pas grave. N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul(e) et que ces changements sont quelque chose que nous traversons toutes et tous. Explorons plus en détail ce que vous pouvez expérimenter...

Les sautes d’humeur à la puberté

Nous sommes tou(te)s passé(e)s par-là : une minute, vous avez envie de flotter sur les nuages, et la minute suivante, vous avez envie de pleurer. Ces émotions intenses sont connues sous le nom de sautes d’humeur, qui sont principalement déclenchées par les changements qui se produisent dans votre cerveau ainsi que par les fluctuations hormonales. [5]

Ils ont également à voir avec votre nouveau rôle intermédiaire dans la vie : vous n’êtes plus un enfant mais pas encore tout à fait un adulte, et cela peut être déroutant. Ne pas savoir ce que l’on attend de vous, ce que vous voulez faire et ce qui est bien ou mal peut vous rendre anxieux(se). Lorsque cela se produit, essayez de prendre une profonde respiration et rappelez-vous que vous ne serez pas coincé(e) là pour toujours.

L’anxiété

L’anxiété est une réaction à des situations inconnues ou effrayantes. C’est cette pression sur votre poitrine ou cette difficulté à respirer que vous ressentez de premier abord sans raison apparente. Nos années d’adolescence sont remplies d’expériences nouvelles et inconnues, il est donc naturel de passer par une certaine anxiété à ce moment.

L’anxiété peut grandir en nous, perturber notre sommeil ou rendre difficile la concentration en classe, et quand elle frappe, il est facile de penser qu’elle va s’installer. Mais dans de nombreux cas, l’anxiété passe d’elle-même lorsque vos hormones se stabilisent à la fin de l’adolescence. Cependant, si vous éprouvez une anxiété sévère pendant une longue période, il est préférable que vous en parliez à votre famille, à quelqu’un en qui vous avez confiance ou même à un conseiller scolaire. Ils seront en mesure de vous rassurer, de comprendre ce qui se passe et de vous aider à trouver des moyens de faire face.

Comment gérer vos émotions à la puberté ?

Surfer sur ces montagnes russes émotionnelles peut vous donner la sensation d’être dépassé(e) par la situation, mais rappelez-vous qu’avec le temps, vos émotions se stabiliseront. Bien que cela puisse prendre un certain temps d’adaptation, les choses deviennent plus faciles. Après tout, chaque adolescent éprouve des émotions de puberté et des changements d’humeur ! Et avec quelques conseils et astuces, vous pouvez apprendre à les gérer plus facilement.

Bougez

L’exercice vous fait vous sentir mieux, plus énergique et positif(ve), même s’il ne s’agit que d’une promenade.

Détendez-vous et amusez-vous

Trouver des choses que vous aimez rendra toute cette phase plus facile. Essayez de vous promener avec des amis, d’écouter de la musique ou même de câliner un animal de compagnie.

Dormez beaucoup

Avoir assez d’heures de sommeil est important. Non seulement vous vous sentirez en forme, mais dormir suffisamment est lié à une meilleure santé cérébrale.

Tenez un journal

Vous pouvez vous sentir confus(e), seul(e), en colère, heureux(se) et triste lorsque vous traversez la puberté. S’entraîner à nommer vos émotions en griffonnant des pensées dans votre journal peut vous aider à remarquer comment elles évoluent et ce qui les déclenche. Vous pouvez également garder des notes sur votre téléphone, afin de ne pas oublier de les écrire plus tard. Parfois, le fait de mettre des mots sur des sentiments et émotions permet de les traverser plus facilement.

Parlez à des personnes en qui vous avez confiance

Il peut être agréable de partager ce que vous vivez avec un proche, que ce soit avec un ami, un frère ou une sœur, un parent ou même un enseignant. Parfois, le simple fait de laisser sortir vos émotions et vos angoisses peut alléger le fardeau. Et même si vous ne pouvez pas encore trouver la bonne solution, un gros câlin et un encouragement peuvent vous aider à vous sentir mieux et moins seul(e).

Parlez à des personnes en qui vous avez confiance

Prenez du temps pour vous 

Ce n’est pas parce que votre cerveau est en surrégime que vous devriez l’être aussi ! Avoir un peu de temps pour soi peut aider à comprendre ses émotions lorsque l’on traverse la puberté. Si vous vous sentez déprimé(e), pourquoi ne pas rester dans votre chambre avec des vêtements confortables et écouter votre album préféré ? Ou peut-être peindre ? Lire un livre ? C’est toujours une bonne idée de faire ce que vous aimez, de vous détendre et de prendre du temps pour vous, surtout s’il se passe beaucoup de choses à l’école, entre amis ou en famille.
Grandir n’est pas toujours facile, alors essayez de ne pas vous en vouloir lorsque vos humeurs changent. Ce n’est qu’humain. Et particulièrement pendant la puberté, c’est très fréquent. Ce n’est pas parce que vous vous sentez déprimé(e) depuis quelques jours que vous serez toujours triste. Ou ce n’est pas parce que vous avez beaucoup crié récemment que vous serez toujours en colère. Rappelez-vous que ce sont vos hormones et votre cerveau qui sont un peu difficiles.
Traitez-vous (et vos amis, qui vivent probablement la même chose) avec gentillesse pendant cette période. Et si vos sentiments deviennent incontrôlables et que vous blessez quelqu’un, le mieux que vous puissiez faire est de vous excuser sincèrement et d’essayer de faire mieux la prochaine fois... Nous faisons toutes et tous des erreurs.
Pour vous aider à traverser la puberté, vous pouvez également contacter un conseiller scolaire pour trouver du soutien ou même demander à un adulte en qui vous avez confiance de vous obtenir un rendez-vous avec un thérapeute qui pourra vous aider à trouver d’autres moyens de faire face à vos émotions. C’est normal de demander de l’aide, vous n’avez pas à tout comprendre par vous-même !
Comprendre exactement ce qui se passe dans votre esprit et votre corps peut vous aider à vous sentir mieux face aux changements que vous vivez. Alors pourquoi ne pas en apprendre davantage sur les phases hormonales de votre cycle menstruel ou sur ce qui se passe avec l’image corporelle et l’objectivation ?   

[References]

[1]  Mills, K. L., Goddings, A. L., Herting, M. M., Meuwese, R., Blakemore, S. J., Crone, E. A., et al. 2016. Structural brain development between childhood and adulthood: convergence across four longitudinal samples. Neuroimage 141:273–81. doi: 10.1016/j.neuroimage.2016.07.044.

[2]   https://www.urmc.rochester.edu/encyclopedia/content.aspx

[3]  Experts, K.H.M. (ed.) Everything you wanted to know about puberty (for teens) - nemours kidshealth, KidsHealth. The Nemours Foundation. Available at: https://kidshealth.org/en/teens/puberty.html (Accessed: December 12, 2022)

[4]  The adolescent brain: Beyond raging hormones (2011) Harvard Health. Available at: https://www.health.harvard.edu/mind-and-mood/the-adolescent-brain-beyond-raging-hormones (Accessed: December 12, 2022)

[5]  Mayo Clinic Q and a: Rapid mood changes normal for teens - Mayo Clinic News Network (2022) Mayo Clinic. Mayo Foundation for Medical Education and Research.

[6]  Lock, Sarah & Chura, Lindsay & Barracca, Nicholas. (2017). The Brain-Sleep Connection: GCBH Recommendations on Sleep and Brain Health. 10.26419/252Fpia.00014.001.pdf.

En savoir plus